Inverser la vapeur

29, octobre 2021

Thématique Expressions : Transports

Va-t-on assister à un énième épisode du feuilleton : le tram à Saint Médard ?

Tout porte à la croire, tant le nouveau schéma de mobilité présenté par la Métropole offre l’occasion à Jacques Mangon de paraitre comme le chantre du tram, histoire de faire le buzz, de se refaire la cerise, comme on dit, en rendant responsable de la situation la nouvelle municipalité.
Une stratégie exercée, non sans succès, pendant le mandat de S. Lamaison.
Mr Mangon a bâti toute sa campagne des élections municipales de 2014 sur une promesse : faire arriver le tram au centre-ville de Saint Médard par la ligne A.
Une fois élu, quatre mois après, il se ravise, il découvre que sa proposition était « trop onéreuse et offrait un temps de parcours plus long » et de plaider pour un prolongement de la ligne D. La caractéristique principale de son projet était de traverser une zone de Natura 2000, de préemption au titre des espaces naturels sensibles et du périmètre proche des eaux du Thil.
De quoi déclencher une levée légitime de boucliers !


Acculé, il propose un nouveau tracé par la 1215, toujours pour rejoindre le centre-ville par la rue de la Boétie, obnubilé par son idée de reconfigurer cet espace.
Jusqu’à lors opposé au BHNS, il vote pour au Conseil Métropolitain. 
Etait-il naïf au point de ne pas voir que celui-ci faisait doublon avec le tram ou est ce fruit d’un mauvais deal dont on contemple le résultat aujourd’hui ?

Quoi qu’il en soit, quel intérêt maintenant de sortir du chapeau la vielle lune de la prolongation de la ligne A jusqu’à Corbiac qui profiterait plus à la ville du Haillan et à sa future zone commerciale qu’aux Saint Médardais, si ce n’est d’alimenter une nouvelle polémique stérile, alors qu’il semblerait que la Métropole par la voie de son président se soit engagé à poursuivre le projet d’extension de la ligne D vers Saint Médard.

Un choix justifié en mars 2018 et voté par cette instance « La situation du quadrant nord-ouest de l’agglomération est l’une des plus dynamiques sur le plan démographique, (plus de 50000 habitants entre Saint Médard, le Haillan, Le Taillan et Saint Aubin) mais il est mal desservi par les transports en commun ».

Ce choix avait reçu l’assentiment des élus communistes de la Métropole.
Ceux de Saint Médard n’ont jamais varié de position. Sous la mandature de S. Lamaison ils ont, tant à la CUB qu’à la mairie, défendu l’extension de la ligne D le long de la D1215 jusqu’à Picot par la mise en œuvre d’un tram- train Bx- Lacanau desservant les entrées de ville du canton (plus Le Haillan), les quartiers ouest de notre ville et les communes du corridor Saint Médard Lacanau.
Une position réitérée et assumée lors des dernières élections municipales et départementales.

Le temps n’est plus aux atermoiements, aux polémiques, aux manœuvres dilatoires mais à l’action conjuguée de chaque groupe au Conseil Municipal pour répondre réellement aux besoins de la population, à son exigence formulée lors des réunions de concertation, d’un projet qui ne soit pas reporté une fois encore aux calendes grecques.

 

Les habitants des municipalités situées à l’ouest de notre commune sont également insatisfaits de l’offre de transport collectif qui leur est proposée. ls aspirent à autre chose qu’à la relégation à laquelle va les confronter l’application de la loi climat avec la mise en place de la à Zone Faible Emission leur rendant inaccessible l’accès à la métropole.

Ils auront pour la plupart « ni le choix du véhicule, ni les moyens d’en changer, ni une alternative de mobilité » affirme Philippe Buisson, maire de Libourne.

 

 On parle de resserrer les liens avec les territoires périphériques, fort bien, à ce stade ce ne sont que des annonces.

On n’est plus au XVIIIème siècle. Ce n’est pas dans les boudoirs que doit se décider l’aménagement du territoire mais d’estimer, de prévoir les infrastructures lourdes de transport dans le département.
Il faut un schéma directeur impulsant une volonté forte que seule la Préfète représentante de l’Etat peut incarner auprès des différentes collectivités territoriales de la Gironde, cela permettrait de dépasser l’esprit de chapelle.

 

 

Le tram-train, ce moyen de transport du futur, mi-train-mi- tram apte à circuler aussi bien sur le réseau du tram existant que sur les lignes régionales du réseau ferré semble souffrir d’une méconnaissance totale voir d’un mépris de cette offre innovante en matière de déplacements de la part des élus dans leur ensemble. 

Sans attendre, le PCF et ses élus lancent une pétition auprès de la Préfète pour un Référendum d’Initiative Populaire pour un tram-train Bordeaux- Lacanau.

Ils préparent un forum, si possible avant la fin de l’année, pour faire découvrir ce matériel roulant hybride à la population et aux responsables susceptibles d’être concernés par cette proposition, particulièrement ceux du corridor dépourvu de tous moyens de transports modernes, écologiques et structurants. 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les Élus

Nos dernières archives
 

Ouverture des commerces le dimanche.

L’ouverture dérogatoire des moyennes et grandes surfaces 8 dimanches pour l’année 2022 ne nous parait pas souhaitable.

Way 4 Space

L’association Way 4 Space regroupe des groupes industriels puissants (ArianeGroup, Thalès et Dassault) et des collectivités locales (la Région Nouvelle-Aquitaine, Bordeaux-Métropole et Saint-Médard en Jalles).

Thèmatiques Expressions