Sécuriser l’emploi et la formation, un projet d’avenir.

22, mai 2021

Thématique Expressions : Emploi

L’emploi reste la plus grande préoccupation des Français dont la double crise économique et sanitaire fait monter les angoisses. Les grands groupes, la finance y voient une aubaine.

La crise sanitaire leur permet de faire avaler à l’opinion publique leur politique de casse de l’emploi, de restructuration, de poursuite de délocalisations.

Ils sont obnubilés par la recherche du taux de rentabilité le plus satisfaisant pour les actionnaires.
Une spirale infernale aux conséquences innombrables : chômage, précarité, atteintes à la santé, explosion de la pauvreté, suicides, qui fragilisent la société dans son ensemble physiquement et psychologiquement.

Le président de Business Europe, Pierre Gattaz, ancien numéro 1 du Medef qui fédère les patronats européens, veut poursuivre dans cette voie. Pour y parvenir, il préconise la poursuite du démantèlement des acquis sociaux et il prend pour exemple les pays qui font de la précarité la base sociale du fondement de leur société. C’est en partageant la misère qu’il compte atteindre le plein emploi en 2030.

 

 

Confrontés à la difficulté de contester le pouvoir de la finance et du patronat, la tentation est grande de trouver des remèdes qui dispensent de lutter contre leur domination.

C’est assurément sur une base humaniste qu’est promu à grand tapage le revenu universel ou de base, dont les ambiguïtés ne sont pas levées sur le montant et la provenance (remplacement de tous les revenus, allocations chômage, logement, familiales).
Ce nouveau revenu quel que soit son nom sera de toute façon une redistribution a minima des richesses créées par le travail et comme les promoteurs de cette proposition considèrent la disparition des emplois comme inéluctable, ils acceptent l’idée qu’une partie de plus en plus faible de la population travaillera pour assurer une subsistance à celle condamnée au chômage.

Ce ne sont pas les machines qui créent le chômage mais l’utilisation qu’en font les capitalistes.

Cela devient également un moyen de pression pour freiner les revendications salariales des « privilégiés » tout en développant de l’animosité là où il devrait y avoir de la solidarité de classe.

Il est peu probable que les 79% des Français qui pensent que la garantie de l’emploi est une mesure d’avenir (sondage Opinion Way) particulièrement les classes populaires, se satisfassent de tels échappatoires qui ne permettent pas de rompre avec les causes de la crise, de voir le bout du tunnel.

 

Les constructeurs. Fernand LEGER. 1950

 

Les Communistes veulent que les femmes et les hommes puissent alterner tout au long de leur vie les périodes de travail salarié et les périodes de formation rémunérée leur permettant d’accéder à un emploi plus qualifié ou à un emploi différent.

 

La Sécurité d’emploi- formation est un projet politique pour répondre aux besoins d’emplois nouveaux très qualifiés dans l’industrie, à l’immense déficit d’emplois qualifiés dans les services publics, tels les hôpitaux (personnel de soin utilisant du matériel de plus en plus sophistiqué), mais aussi dans les écoles ou pour développer des services publics répondant aux besoins de la petite enfance, de la dépendance.

La même problématique existe pour l’agro écologie, l’agroforesterie, la permaculture sans oublier les métiers en perpétuelle évolution de la culture et du sport. Il s’agit d’être en phase avec la recherche et les évolutions techniques de plus en plus pointues.  

Le 25 juillet 2017, le député communiste André Chassaigne à déposer un projet de loi en ce sens.

C’est un point d’appui pour décliner ce projet localement dans nos territoires.

L’économie sociale et solidaire (l’ESS) en est un levier sur lequel les candidats de « L’Humain d’abord » veulent s’appuyer pour créer des coopératives autogérées (CAE ou SCIC) en liaison avec les services publics par exemple l’ONF, les Communes mais aussi les propriétaires privés qui veulent jouer le jeu autour des activités de gemmage, de la lutte contre les incendies, de l’entretien des écosystèmes forestiers et des espaces naturels, le nettoyage des jalles, l’anticipation des catastrophes naturelles.

Il en est de même pour tout ce qui relève des services à la personne y compris les emplois domestiques.

 

 

C’est pourquoi, l’équipe de « l’Humain d’abord » dans le cadre du Conseil Départemental, a pour ambition à partir du PTCE (pôles territoriaux de coopération économique) de pousser à l’expérimentation de ce projet où la sécurisation des parcours vers et dans l’emploi y tient une place privilégiée.

0 commentaires

Les Élus

Nos dernières archives
 

L’Humain d’abord

Élections départementales des 20 et 27 juin 2021

Conseil Municipal – 7 avril 2021

Intervention de Francis ROYER, élu communiste, adjoint à la Santé et au Logement.

Thèmatiques Expressions